Les Jeux Olympique seront plus « gays» et plus féminins !

Publié par Jean-Christophe Lapouble il y a 4 années | News, Sport

Réunis en Session à Monaco le 8 décembre, les membres du Comité International Olympique ont voté toute une série de mesures qui avaient été proposées dans le cadre de l’Agenda 2020 qui visait à moderniser le mouvement Olympique et l’organisation des Jeux Olympiques.

 
Parmi ces mesures figure une modification de la Charte Olympique qui avait déjà été modifiée à de nombreuses reprises afin d’éviter les différentes discriminations.

 

 

Désormais, le 6éme principe de l’Olympisme comprendra la non-discrimination selon l’orientation sexuelle (proposition n°14). Il existait bien dans la Charte Olympique des dispositions relatives à l’interdiction « de toute forme de discrimination à l’égard d’un pays ou d’une personne, qu’elle soit pour des raisons raciales, religieuses, politiques, de sexe ou autre est incompatible avec l’appartenance au mouvement olympique » mais l’orientation sexuelle n’y figurait pas de manière expresse.

 

 

Les Jeux Olympiques de Sotchi sont passés par là, et les manifestations locales à l’égard des homosexuels ont fini d’ouvrir les yeux aux membres du CIO pour lesquels la discrimination à l’égard des homosexuels relevait d’un phénomène mineur.

 

 

Pourtant, les faits sont têtus et le nombre de pays où l’homosexualité est pénalisée est supérieur à 70 avec certains pour lesquels la sanction prévue est la peine de mort.

 

 

Ainsi, le CIO emboite le pas de la Cour de Justice de l’Union européenne qui dans une décision avait condamné les pratiques d’un Etat membre pour n’avoir mis en place des mesures contre la discrimination à l’égard des sportifs homosexuels (CJUE, 25 avril 2013, ACCEPT c/ Consiliul National pentru Combaterea Discriminarii, aff. Aff. C-81/12.).

 

 

Dans le même mouvement, le CIO souhaite aussi arriver à ce que les femmes puissent représenter la moitié des participants aux J.O. et inclure des épreuves mixtes (proposition n°11).

 

Il convient de saluer ces avancées, sans précédent, en matière de droit des sportifs et à espérer qu’elles auront un effet d’entraînement…